« Grégory, un de nos anciens stagiaires a des compétences en vidéo. Il les met au service du Fab lab et des habitants. On a installé un atelier », montre Norbert Romand, fondateur du fab lab. L’ancienne école du Mont Valot qui héberge le Fab lab des Trois lapins entame ce samedi à 14 h un nouveau type d’animations : « Les ateliers découverte ».

Les outils sont essentiellement numériques. Mais l’apprentissage va au-delà. « Pour la vidéo, cela va de comment on écrit un court-métrage à la réalisation des images et à la mise en ligne sur des plateformes comme Youtube », décode Norbert Romand.

Quel public visé ? Les particuliers. « Cela peut aussi intéresser des professionnels qui veulent faire de la présentation de produits ou des personnes qui veulent faire des CV en vidéo… », imagine-t-il. L’atelier vidéo est programmé sur deux samedis, les 1er et 8 juin. D’autres thématiques suivront dans les prochaines semaines. « Impression 3 D, robotique, domotique, drones », avancent les responsables du site. Ces ateliers sont gratuits pour les adhérents. « Pour les non adhérents, on demandera 5 € », précise Norbert.

Six entreprises nées au sein du Fablab

Maxime, qui vient de rejoindre le lab en service civique, devrait piloter l’atelier « drones ». « Je suis Luxovien. J’avais fait un bac pro de boulanger à Gérardmer », résume-t-il. À l’automne dernier, via la Mission locale, il a découvert les Trois lapins, les technologies déployées et la philosophie du site. Il ne le cache pas, ses compétences informatiques étaient limitées. « Maintenant, il anime des formations, il construit ses drones », assure Norbert. « J’ai beaucoup appris. J’ai de nouvelles passions, ça m’a permis d’avancer », assure celui qui a effectué des stages au Lab avant le début du service civique.

Les Trois lapins ressentent encore le besoin de se faire connaître du grand public… La notion de fab lab n’est pas toujours évidente à appréhender. Ce qui encourage les concepteurs du lab, c’est l’intérêt rencontré par des créateurs d’entreprise. « Six sont nées au sein du fab lab. Ce sont souvent des porteurs de projet à qui il manque des moyens techniques », constate Emma, la coprésidente. Une entreprise de sérigraphie, un concepteur d’Escape games… ont pris leur envol. « Une solution pour les chantiers de désamiantage » est également sur les rails. « En un an », note Emma. L’association est un moteur d’innovation et de formation. Elle travaille dorénavant avec l’Association des paralysés de France au sein d’un lycée de Belfort « pour trouver des solutions open source » (en accès libre) pour concevoir du matériel nécessaire au bien-être de personnes handicapées et parfois hors de moyens financiers.

Contact : 07 67 49 99 47